La sensibilité ISO

Publié le par Henri

En photographie, le terme sensibilité désigne la sensibilité d’une surface sensible (capteur ou film). On parle de sensibilité ISO car cette échelle a été définie par l’Organisation internationale de normalisation (International Organization for Standardization). Cette normalisation a en fait reuni les deux anciennes normes ASA et DIN en les combinant. Un film 200 ASA (24 DIN) vaut ISO 200/24. Mais dans le langage courant, on parle encore en ASA.

 

Concrètement, la sensibilité va permettre de capter, à réglage identique (vitesse, ouverture, focale) plus ou moins de lumière. Plus la sensibilité est élevée, plus on capte de lumière. Par conséquent, la sensibilité va être mise à contribution lorsque l’on doit jouer sur la vitesse (sujet qui bouge) ou sur l’ouverture (profondeur de champ), en gardant la même exposition.

 

Quelques exemples (réglages identiques, seule la sensibilité change) :


ISO 200


ISO 400


ISO 800

Malheureusement, l’augmentation de la sensibilité apporte son lot d’inconvénients : apparition de bruit, de grain qui dégradent la photo. C’est pourquoi on préfèrera privilégier une basse sensibilité autant que possible.

 

            Usage classique :

    100 – Extérieur ensoleillé, flash dans une petite pièce

    200 – Nuageux, flash dans une grande pièce

    400 – Intérieur sans flash

    800 – Basse luminosité

    1600, 3200 – Spectacles, nuit

 

             Ces paramètres sont indicatifs, on peut très bien utiliser du ISO 100 pour une photo de nuit, à condition de faire de la pose longue (par exemple). On utilisera des hautes sensibilités pour les photos ou le sujet est en mouvement (sport), afin de pouvoir utiliser une vitesse rapide.

Nouvelle adresse du blog: http://www.neophoto.fr

Publié dans La prise de vue

Commenter cet article