La photo de nuit en ville

Publié le par Henri

La photo urbaine et nocturne passe pour réservée aux « pros » et semble peu accessible. Pourtant, il est relativement simple d’obtenir de superbes résultats sans trop de difficultés, et l’ambiance particulière se dégageant de ce type de photo procure une véritable satisfaction d’en être l’auteur.

 

Tout d’abord, il faut quand même un minimum de matériel : un appareil photo débrayable (c’est à dire que l’on puisse passer régler manuellement la vitesse et l’ouverture), de type reflex (Nikon D80, Canon EOS 400D, Sony Alpha 100 pour citer les plus connus) ou bridge. Certains compacts « haut de gamme » pourront aussi faire l’affaire. Ensuite, le deuxième accessoire indispensable est le trépied ; en effet, nous allons travailler sur des vitesses lentes, et prendre une photo à main levée dans ces conditions ne vous donnera que des flous.

Ensuite, il faut trouver un sujet. La nuit permet de donner un intérêt à un sujet qui à priori n’en a pas en journée : une rue éclairée, des décorations de Noël, la réflexion d’un éclairage sur un plan d’eau, une église, etc… Les idées ne manquent pas.

 

Bien sur, une fois le sujet choisi, il faut composer son image. C’était le sujet d’un article précédent, je ne m’étendrais donc pas.

 

Passons maintenant à la technique. Les trois réglages à effectuer son l’ouverture, la vitesse et la sensibilité. Personnellement je préfère utiliser une basse sensibilité pour éviter l’apparition de bruit (voir cet article), et une petite ouverture pour une profondeur de champ maximale (voir ici). Je me retrouve donc à utiliser des temps de pose entre 10 et 30 secondes. En plus des deux avantages précédemment cités (bruit et profondeur de champ), cela permet aussi d’effacer les gens qui pourraient passer devant l’objectif et de donner une traînée blanche ou rouge lorsque des voitures passent. Bien sur, on peut jouer sur la profondeur de champ pour détacher le sujet ou utiliser une vitesse plus rapide pour fixer un sujet mobile. Ces réglages ne sont que des pistes, à vous de faire plusieurs essais afin d’obtenir le résultat qui vous convient le mieux.

 

Bien entendu, vous prendrez toutes vos photos avec le trépied, et pour être sur de ne pas bouger, l’idéal est de mettre le retardateur : vous ne risquez pas de faire bouger l’appareil en appuyant sur le déclencheur.



 

Nouvelle adresse du blog: http://www.neophoto.fr

Publié dans La prise de vue

Commenter cet article